Arve Henriksen

Cartography

( ECM ) - 2008

» Chronique

le 14.08.2009 à 06:00 · par Janf R.

A vouloir en faire une affaire de belles matières, magnifiquement produites et illustrées, ECM a construit un catalogue de jazz donnant parfois le sentiment d'un bloc lisse et froid. Sentiment sans doute renforcé par la grande fréquentation d'artistes d'Europe du Nord. Mais ECM (Edition for Contemporary Music) est aussi un vrai et précieux champ d'expérimentations et d'audaces. Autorisant d'improbables rencontres. S'ouvrant à des répertoire rares ou oubliés. Cultivant — à la manière de Tzadik — une différence unique, entre musiques jazz, classique, traditionnelle et expérimentale.

Album de jazz hybride, Cartography est un lieu de croisements et d'influences multiples. Une terre où les heures bleues prennent de subtiles teintes pétrole et cobalt.

Son auteur, le trompettiste Norvégien Arve Henriksen, y poursuit une œuvre entamée solo chez Rune Grammofon en 2001, et entr'aperçue chez Jon Balke, Trygve Seim ou Frode Haltli. Une œuvre ambitieuse mais toujours intimiste, chaleureuse et profonde. Voisine des voies initiatiques et minimalistes de Jon Hassell — et de sa "Fourth World Music" — plutôt que des déviances chics de Nils Petter Molvaer.

Présentant des reliefs nuancés mais cohérents, Cartography dessine un univers marqué des empreintes de sa pléiade d'invités. La science du sampling et du field recording de Jan Bang et Erik Honore. Les percussions de Audun Kleive. La guitare en fusion lente de Eivind Aarset (Migration). Les voix de Trio Mediaeval (samplées sur Recording Angel). Ou encore la voix d'outre cave de l'inattendu David Sylvian, confiant à l'oreille son flow de chroniques intimes (Before And Afterlife, Thermal).

Avec humilité et parcimonie, chacun se retrouve au service de la trompette de Arve Henriksen et de son timbre si personnel. Si fragile. Si vivant. Proche de celui de la flûte japonaise shakuhachi. Mais surtout proche de la voix humaine, de ses plaintes, de ses pleurs ou de son chant (Loved One).

Au cœur d'horizons propices à cette improvisation qui fait le sel du jazz — et que prend plaisir à retrouver Arve Henriksen —, quelques trésors à découvrir patiemment : Poverty And Its Opposite, Migration, Recording Angel ou Sorrow And Its Opposite.

Retour haut de page

Pochette Disque Cartography

» Tracklisting

  1. Poverty And Its Opposite
  2. Before And Afterlife
  3. Migration
  4. From Birth
  5. Ouija
  6. Recording Angel
  7. Assembly
  8. Loved One
  9. The Unremarkable Child
  10. Famine’s Ghost
  11. Thermal
  12. Sorrow And Its Opposite

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.