Julie Doiron

I Can Wonder What You Did With Your Day

( Jagjaguwar ) - 2009

» Chronique

le 07.08.2009 à 06:00 · par Eric F.

Julie Doiron et son Woke Myself Up nous avaient bien eu à l'époque : une collection de chansons pop, des rythmes enlevés, le soleil qui semblait percer la glace de son Canada natal... On n'avait alors à l'époque même pas remarqué qu'il s'agissait d'un album évoquant la douloureuse séparation de la canadienne avec son mari John Claytor (qui signe une fois de plus la pochette du disque). La relecture des paroles avait alors instauré un semblant de malaise face à cet album aussi réussi que schizophrène.

Si on ne sait pas deux ans plus tard si Julie Doiron a réussi à rafistoler son couple, on sait en revanche qu'elle a remonté la pente à en juger par ce I Can Wonder What You Did With Your Day. Stabilisés sur un format plutôt court (douze titres arrivant à grand peine à dépasser la demi-heure ici) les albums de la canadienne commencent à former un ensemble sacrément cohérent, consolidant une carrière exemplaire aussi bien en solitaire que chez les autres (Eric's Trip bien sûr, Herman Düne, Shotgun & Jaybird...). Des défunts Shotgun & Jaybird il sera encore question pusiqu'on retrouve une nouvelle fois le fidèle compère Rick White (qui jouait également dans Eric's Trip) tout au long du disque. Le "super groupe" est ici enterré de la plus belle des manières avec de nouvelles versions des excellents Borrowed Minivans et Lovers Of The World.

On était pourtant rentré dans ce disque sans être réellement convaincu, comme souvent avec Julie Doiron. Et comme d'habitude on a déjà l'impression d'aimer son album depuis des siècles au bout de quelques écoutes. A l'image de Woke Myself Up, I Can Wonder What You Did With Your Day navigue à vue entre morceaux acoustiques intimistes (Nice To Come Home, Glad To Be Alive), réussites pop (Life Of Dreams, Consolation Prize) marquées pour la plupart par des envolées électriques parfois noisy du plus bel effet, sans oublier l'expérimentation réussie de When Brakes Get Wet et un hommage (?) à Mick Turner le temps de Blue. De plus, la voix de Julie Doiron est toujours aussi chaude et accueillante. Son retour au français (Je Le Savais) passe d'ailleurs comme une lettre à la poste, car une fois de plus, c'est par la simplicité que Julie Doiron s'impose sur ce disque qui aura juste le tort de frustrer par son efficace brieveté.

Retour haut de page

Pochette Disque I Can Wonder What You Did With Your Day

» Tracklisting

  1. Life Of Dreams
  2. Spill Yer Lungs
  3. Lovers Of The World
  4. Tailor
  5. Heavy Snow
  6. Nice To Come Home
  7. Consolation Prize
  8. Je Le Savais
  9. When Brakes Get Wet
  10. Borrowed Minivans
  11. Blue
  12. Glad To Be Alive

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.