Elfin Saddle

Ringing For The Begin Again

( Constellation ) - 2009

Le premier album d'un duo dont on entendra parler dans les années à venir

» Chronique

le 28.08.2009 à 06:00 · par Dominique K.

Sur le papier, le duo Elfin Saddle a tout pour plaire : une rencontre dans une galerie d'art (elle est japonaise, lui canadien), artistes plasticiens avant d'être musiciens, la signature de ce deuxième album sur Constellation. Comme dans toute bonne famille qui se respecte, on vient donner un coup de main aux petits nouveaux qui viennent de débarquer, histoire de bien les mettre en selle. Ainsi, avec Efrim Menuck aux manettes, Jessica Moss et Nick Scribner en guest-stars de luxe, Elfin Saddle a toutes les cartes en main pour frapper un grand coup, du moins laisser une empreinte musicale audible et reconnaissable. Or, à l'instar des dernières productions de A Silver Mt Zion, ce disque se révèle gris et terne, sans souffle épique.

L'influence des aînés est manifeste dès le premier morceau, The Bringer, une longue et lente montée en puissance soutenue par la contrebasse de Jessica Moss, aboutit au final à une musak champêtre où il fait bon d'humer l'odeur du bon foin coupé. L'album est ainsi bâti : il oscille sans cesse entre post-folk, déclamation grave et franchise vocale japonaise. Ce mélange - assez joyeux en apparence - aurait pu donner aux 9 morceaux qui composent Ringing For The Begin Again, une consistance certaine et un attrait redoutable. Cependant, les vocalises japonisantes d'Emi Honda frisent la correctionnelle surtout lorsque son compagnon la contrebalance de sa voix grave, écrasant le morceau d'un poids tout nord-américain. La faible composition des morceaux n'est nullement compensée par la richesse sonore et instrumentale dudit album. Ringing For The Begin Again est donc une oeuvre bancale à l'encéphalogramme plat. On se dit alors que la production d'Efrim peut encore sauver les meubles et sortir le groupe d'une inertie ennuyeuse. On croit avec The Living Light, la chose possible : l'orchestration y est lumineuse, mais là on aurait pu avoir un morceau de free folk complètement décalé, le chant de notre duo vient tout gâcher.

L'orchestration est au final la seule chose à sauver de cet album, trop propre sur lui, trop linéaire. En accompagnement musical, le duo est certainement excellent mais sur disque, il leur manque encore un peu de corps et d'esprit.

Retour haut de page

Pochette Disque Ringing For The Begin Again

» Tracklisting

  1. The Bringer
  2. Running Sheep
  3. Hammer Song
  4. Sakura
  5. Muskeg Parade
  6. The Living Light
  7. The Procession
  8. Temple Daughter
  9. The Ocean

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.