Hannu

Hintergarten

( Kesh ) - 2009

» Chronique

le 13.07.2009 à 06:00 · par Janf R.

La Finlande. Ce pays excentré qui sait si bien exporter ses excentricités et ses fêlures. Difficile de cerner ce qui, de l'abus de nuit, d'ennui ou de langue agglutinante, est le moteur principal de cette créativité débridée. On est porté à croire, avec évidence et envie, que les galeries de portraits des romans d'Arto Paasilinna sont bien sûr croquées d'après nature. Des galeries prêtes à accueillir les précurseurs rockers au vitriol de 22 Pistepirko, Islaja et son folk tendu et acide et les ascétiques et aigres-doux Paavoharju.

On situera The Gentleman Losers ou Hannu un peu en marge des turbulences de ces grains de folie douce. Plus introvertis. Partant plus volontiers à la rencontre de cette nuit et de cette nature qui, là-haut, s'imposent si fortement au temps et à l'espace. Les premiers - les frères Kuuka - s'y installent et y cherchent une sérénité de blues ambient. Le second - Hannu Karjalainen - y mêle un poil à gratter électro et joueur. Un peu - nostalgie... - à la manière d'un Four Tet, époque Pause.

Hintergarten, second album de Hannu, se distingue cependant de cette illustre référence. Certes, la base est la même - boiseries et cordes organiques, traversées d'électronique sensible - mais il y fourmille une multitude de sons, de rythmes microscopiques, qui rendent cet univers plus débridé. Sauvage et foisonnant. Moins urbain. Comme une nature s'éveillant d'une longue nuit, d'un long hiver. Redécouvrant un pâle soleil, et engourdie de gel. Sur des rythmiques comparables, les cris de jeux d'enfants de Parks ont, par exemple, laissé place aux pépiements de Lauttasaari.

Depuis 2006 et Worms In My Piano, l'univers de Hannu a gagné en richesse et en densité. Les croquis un peu bruts, un peu brouillons, sont devenus des vignettes plus fouillées. Les couleurs musicales ont gardé les mêmes dominantes mais ont pris du relief. Le même relief qu'on observe, le nez dans l'herbe humide et fraiche - mais qu'importe ! sur un petit rocher couvert de lichens roux, et pris dans une glace en train de fondre. Là, une fourmi.

Retour haut de page

Pochette Disque Hintergarten

» Tracklisting

  1. Pop
  2. Lauttasaari
  3. Theme for Grant
  4. Valtameri
  5. Kimallus
  6. Maniac Moshers
  7. Kaipaus
  8. Tassunjlki
  9. Hintergarten
  10. Unenviej
  11. Valssi

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.