Chapi Chapo & les petites musiques de pluie

Chuchumuchu

( Chapimusic ) - 2009

» Chronique

le 19.06.2009 à 06:00 · par Vincent B.

Patrice Elegoet aime la pluie.

Le nom de l'album, Chuchumuchu, et le nom du projet, Chapi Chapo Et Les Petites Musiques De Pluie, laissent à entendre qu'il s'agit de musique enfantine, teintée d'une forme de légèreté à la limite du second degré. Il n'en est rien.

De l'enfance, Chapi Chapo à su conserver la curiosité qui lui est propre, assurément, et l'inventivité. Sans tomber dans les écueils du genre. Chapi Chapo, contrairement à pas mal de projets marqués par les jouets sonores (Cocorosie pour n'en citer qu'un), n'utilise pas ses trouvailles ludiques comme un artifice qui viendrait s'apposer sur une musique en quête de singularité. Tout ou presque est ici issu de jouets, d'instruments trouvés, et l'on entre dans Chuchumuhu comme l'on entrerait dans un cabinet de brocanteur riche en étrangetés. Les mélanges d'instruments frappent d'entrée par leur nouveauté et par leur rareté. Chapi Chapo aime présenter sa collection d'objets étonnants et les fait fièrement poser dans le livret de l'album, au milieu de paysages déserts et mélancoliques. Musique de jouets déchus, à l'abandon, à qui l'on donne une seconde chance, plutôt que musique faussement naïve et enfantine.

Chuchumuchu est bien plus angoissant que son nom ne le laisse entendre, encore qu'un tel néologisme puisse avoir des résonances assez sombres. L'utilisation de talkie-walkies et de jouets à piles samplés enrichit cet univers de déraillements, en porte à faux, fragile et inquiétant. On imagine, en écoutant I Like To Read In Peace, Tom Waits composant la musique d'un film de Tim Burton.

Patrice Elegoet aime la pluie, mais préfère encore ses amis acoustiques et électroniques. Il semble essayer de leur laisser la vedette, de se cacher derrière eux. Il énumère tous ses instruments (la liste est longue) comme il remercierait des musiciens. Et la force du projet réside essentiellement en ceci. Loin de se contenter des séductions sonores que l'on peut tirer de nombreux jouets, il les travaille et les agence avec des facultés d'inventeur. Le premier compositeur à avoir écrit des pièces pour piano-jouet est John Cage, qui répète souvent l'influence qu'a eu le métier de son père - inventeur - dans ses expérimentations. Et c'est probablement cette faculté qui séduit chez Chapi Chapo. C'est sans doute aussi ce qui a séduit les nombreux participants invités sur l'album, qui viennent poser ici un accordéon, là une contrebasse, et principalement des voix.

Car Patrice Eleoget aime la pluie, mais ne chante pas. Il invite alors de nombreux autres musiciens. Et c'est là qu'il excelle, à l'instar d'un Yann Tiersen, qui livre ses meilleurs pièces en collaboration avec Dominique A ou Shannon Wright. Chapi Chapo peut se vanter d'avoir réussi à convaincre une vingtaine de musiciens, et pas des moindres, de travailler avec lui sur cet album.

La bassiste d'Electrelane pose sa voix sur le premier morceau, A bientôt, traitée de manière fantomatique et spectrale, la reverb aidant, ajoutant à l'empreinte mélancolique du disque. Le morceau le plus marquant est incontestablement Here We Go Again, chanté par G.W. Sok, du groupe The Ex. C'est un titre aux accents marqués par Nick Cave, que l'on s'amuse à imaginer improvisant un concert dans un magasin de jouets.

Patrice Elegoet aime la pluie. Et on en vient à l'aimer avec lui. Car Chumuchuchu est contagieux.

Retour haut de page

Pochette Disque Chuchumuchu

» Tracklisting

  1. A bientôt
  2. Screaming fire ghost
  3. Interlude 1
  4. Take the time
  5. Buzhug
  6. Kikimasu
  7. Interlude 2
  8. Hé ! Hé ! Hé !
  9. Here we go again
  10. Interlude 3
  11. Lili
  12. La valse D'Atoya
  13. Le retour de l'hirondelle
  14. I'd like to read in peace
  15. Interlude 4
  16. Early Bird
  17. Le départ

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.