Woods

Songs of shame

( Shrimper ) - 2009

» Chronique

le 20.05.2009 à 06:00 · par Marteen B.

En matière de critique musicale, il est un peu facile d'opter pour les comparaisons, vastes fourre-tout dans lesquels se débarrasser commodément d'une difficulté. Alors, facile, mais quand même, To clean, en ouverture, c'est Pavement jouant les Mamas and Papas, et c'est drôlement terrible. La candeur vintage, l'enthousiasme hippie, la félicité mélodique, les chorus solaires à voix multiples, harponnés par des slackers et triturés par un modèle de guitare souillon, en 2 minutes 17 de bonheur carabiné.

Woods reprend la main dès le morceau suivant, sur un tempo ralenti, et impose sa franche singularité. Même solo ébréché. Mêmes choeurs. Même batterie monotonique au son de caisse claire fabriquée avec un bidon. Même captation home made par des micros au bord de la saturation. La candeur est sixties. Le chant tourné vers le ciel. Qu'est-ce que Woods ? Une façon significative d'habiter ses pop songs. La voix si haut perchée, digne d'un shoot d'hélium. Un naturel déconcertant. La certitude qu'il suffit d'être là et que ce soit ce groupe-là qui interprète. Un état innocent.

Avec l'instrumental September with Pete, Woods explore un format de chanson blues détraquée, sinueuse, heurtée : 9 minutes 41 avec l'impression de descendre les rapides en canoë un jour sans grand courant, succession de guitares en cascade et trous d'eau. Reviennent aussitôt ces chansons à 2 minutes 30, à l'atmosphère pastorale, contrariée par un grain plus ou moins sale, une captation qui grouille. Les pratiques de la lo-fi. Sur Gipsy hand, parti pour être un des morceaux les plus aériens du disque, la guitare déferle soudain comme un torchon de sorcière, se tortillant, tourbillonnant, bousculant, et emballant tout ce joyeux petit monde dans un final vivement foutraque. Where and what are you boucle en 1 minute 24 de choeurs étagés, légèrement décalés, sur cette note radieuse, boisée, biaisée, communicative, propre à Woods. Qu'est-ce que Woods ? Une façon significative d'attacher l'auditeur. Une écoute égarée. Un émerveillement. Cette musique, c'est comme de partir motivé en trekking et de se retrouver à chasser les papillons, totalement paf et enchanté. Terrible.

Retour haut de page

Pochette Disque Songs of shame

» Tracklisting

  1. To clean
  2. The Hold
  3. The Number
  4. September with Pete
  5. Down this road
  6. Military madness
  7. Born to lose
  8. Echo lake
  9. Rain on
  10. Gipsy hand
  11. Where and what are you

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.