Gregor Samsa

27:36

( Own records ) - 2004

» Chronique

le 02.09.2004 à 12:00 · par Eric F.

27:36. N'y voyez aucune référence biblique, il s'agit juste de la durée de cet EP du groupe américain Gregor Samsa. Fan de Kafka donc. Si la durée est bien trop réduite pour parler de vrai album, chaque minute s'écoule si doucement que l'on à l'impression d'écouter ce disque beaucoup plus longtemps qu'il ne dure. Un peu comme cette théorie qui veut que la seconde après du Mozart est toujours du Mozart, et bien, celle qui suit cette écoute de Gregor Samsa... vous ne vous rendrez même pas compte qu'elle est passée. Ces 27 minutes 36 sont en effet bien déconcertantes : voilà un drôle d'ovni qui s'est posé sur la platine. Chez ce groupe américain, on ne se soucie que de la musique : titres écrits en tout petit, pochette extrêmement minimaliste, c'est du coup sur le contenu qu'on peut se concentrer. C'est avec de l'appréhension que l'on commence cette écoute : on se demande bien ce qui va pouvoir succéder aux deux premières minutes contemplatives. Et puis, surgie de nulle part, une voix féminine lointaine se pose, à mi chemin entre Mùm et L'Altra. Gregor Samsa partage cette ambition avec les chicagoans d'éthérer sa pop à l'extrême, sauf qu'ici l'option bucolique a été supprimée : pas d'images de champs de fleurs avec cette musique, mais plutôt de vide ou de nuages bien cotonneux. On est un peu décontenancé sur le deuxième titre où succède à une construction intime conclue au piano, un décollage de guitares assez inattendu qui évoque un Godspeed à taille humaine. Le troisième titre suit lui une direction un peu plus évidente, laissant son clair-obscur exploser dans une tornade sonique formidablement bien menée par la slide, bref une suite logique qui n'en finit plus de se répandre depuis le Spiderland de Slint. Cette obstination à se délester du concret pour mieux faire passer les voix et l'instrumentation délicates avant de tout chambouler avec des électrocutions pas si violentes que ça (un peu comme du Explosions In The Sky joyeux) font que Gregor Samsa parvient à s'extirper de la masse des groupes qui sont légion à essayer de marcher sur les traces des glorieux aînés de Louisville.

Retour haut de page

27:36

» Tracklisting

  1. One
  2. Two
  3. Three

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.