The Julie Mittens

The Julie Mittens

( Holy Mountain ) - 2008

» Chronique

le 09.01.2009 à 06:00 · par Marteen B.

Pas de jolie donzelle à frange ou de troublante indienne oglala, pas de blonde peroxydée, ni de rousse maraichère, pas de petite cousette ou de modiste, mais pas non plus de militante féministe rageuse, The Julie Mittens est un trio néerlandais aux trois tiers masculins : Aart-Jan Schakenbos à la guitare, Michael van Dam à la basse, Leo Fabriek à la batterie.

The Julie Mittens, l'album, regroupe 4 sessions studios.

December 12 2006 est dominé par la guitare de tête, qui mène une saturation rude, mais plutôt mélodique, plongeant dans les latences et les aigus, pour un solo de 17 minutes. Derrière, la batterie tourne free jazz et la basse pulse un gros bourdon. Si malgré cette formule connue, le morceau fonctionne, c'est pour la grande maîtrise de la déflagration, sculptée comme du verre en fusion. Noise jouée sur la crête de la stridence et du bruit blanc, avec une noble et sauvage puissance.

April 3 2007 est plus radical, avec une basse répétitive tirée des deux mains, et de ce fait, sensiblement plus présente. La guitare est cette fois franchement bruitiste, sciant l'ampli sur un motif unique où crépitent d'infimes variations, comme des éclats sautent de la planche. C'est la batterie qui assure le maximum de variations, avec un jeu large et ample, en longs roulements et cymbales crashées, toujours jazz mais moins free.

December 12 2006 articule un larsen répétitif et hurlant avec une guitare aux réverbérations western, sur un fond très urbain de basse speedée. Le larsen tourne en boucle, comme une alarme de voiture prise au piège d'un mixeur géant. Les accords western plaqués régulièrement viennent désaturer le paysage.

April 28 2007 diminue des trois quarts le volume sonore en ouverture, une pause qu'il faut reconnaître pas désagréable. La guitare grouille, puis étincelle. Même à volume sonore réduit, on reste sur cette formule, qui génère du contraste. Exceptionnellement, on aura même un peu de vide en guise de quatrième homme. Les instruments gagnent en autonomie, chacun forant sa ligne : la basse semble traverser la scène de gauche à droite et de bas en haut. Montant en puissance assez vite, les instruments s'agrègent en une nouvelle osmose, sur une boucle entêtante et tripante.

Au total, le trio, qui revendique un attachement à l'Olatunji Concert de John Coltrane, délivre une musique improvisée brute de décoffrage, trop approchée de la musique industrielle pour être assimilée au post-rock, malgré un vocabulaire de base empruntant guitare au rock, basse et batterie au free-jazz.

Retour haut de page

Pochette Disque The Julie Mittens

» Tracklisting

  1. December 12 2006
  2. April 3 2007
  3. December 12 2006
  4. April 28 2007

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.