Thee More Shallows

(CD-R)

( Autoproduit ) - 2008

» Chronique

le 10.11.2008 à 06:00 · par Marteen B.

Au cours de la tournée succédant à la sortie de son Book of bad breaks (2007), Thee more shallows transporte dans sa désormais fameuse valise rouge, outre ses instruments magiques, une grosse poignée de CD-R résolument home made. La pochette illustrant cet article est un des collectors de la série, chacune ayant été découpée dans une pochette de vinyle différente (avec ajout du sigle TMS au pochoir) appartenant aux groupes les plus improbables, conformément à l'humour très pince-sans-rire de la formation.

Le CD-R contient trois séries d'enregistrement. La plus passionnante, la première, consiste en 9 maquettes préparatoires de Book of bad breaks. Bien que délivré par un des groupes les plus attachants qui soient, et succédant aux cultes More deep cuts (chronique à lire ici même) et Monkey vs Shark Ep, l'album partage l'auditoire. Or ces maquettes vont ouvrir sous cette réception critique un passionnant double-fond. On y entend un Dee Kesler qui murmure à nouveau, pousse sa voix sur le bord des lèvres, comme dans les productions précédentes, et qui donc ne chante pas, ainsi qu'il le fera à tue-tête pendant l'enregistrement studio. Le clavier, omniprésent, est ici joué fragile, avec un son proche du jouet, loin de la construction puissante du disque officiel. Pour autant, on retrouve bien les transitions en nappe, les ritournelles de quelques notes. Les maquettes assument pleinement leur bricolage, et jouent avec astuce, en ingénieur du trois-fois rien, des conditions ultra-légères de l'enregistrement. Sur Oh yes, another mother, la guitare est enregistrée comme on ne l'entend jamais que le musicien face à soi dans sa chambre. On reconnaît à la fois le souci du détail des premiers enregistrements, la tentation épique, et une forme singulière d'économie qui signe l'élégance du groupe.

Autant dire que les déçus du Book of bad breaks trouveront l'occasion de se réconcilier avec l'ensemble du troisième opus, qui dans cette version primitive ne dévie pas tant que ça de la ligne précédente.

En complément de programme, Thee more shallows exhume 4 titres enregistrés en session radio à la BBC. Prestation très soignée, ce qui n'exclut pas les grosses guitares. Voix féminine en chorus sur The perfect map. Ou un I can't get next to you sublime, as usual.

Suivent 6 titres live, dynamiques et rageux, mixés avec des acclamations dignes de Roch Voisine au Zénith dans la tournée Prestige sponsorisée par Gaz de France, confirmant l'humour tête-de-noeud des jeunes gens.

En somme, loin d'être une curiosité pour fanatiques et coureurs de pièces rares, ce CD-R est un sacré bon morceau dans la discographie du groupe, ce qui, tranquillement, nous conduit à une réflexion plus générale.

La mutation radicale de l'économie du disque est la most creamy des tartes à la crème du moment. Téléchargement alternatif, payant au morceau, auto-diffusion par les groupes via leur site, ou comme ici vente à la sortie des concerts, etc. Le modèle économique traditionnel est sérieusement secoué. Du même coup, la culture traditionnelle de la discographie rock se trouve remise en question. Or, ce modèle est dans l'univers rock une très sérieuse institution, avec un album studio, autour duquel gravitent des produits dérivés : concerts, bootlegs, voire maquettes. Dans cet ordre strictement. Soit, une interprétation de référence, dans un cadre de référence, et éventuellement des versions au statut incertain mais second.

Ce qui se dessine du fait de l'évolution économique est une transformation de ce modèle de l'oeuvre. La discographie d'un groupe tend à devenir un feuilleté, où la couche studio pourra aussi bien contenir quelques titres en teasing qu'un album complet, où la couche concert sera le véritable nerf de la guerre (car le plus monnayable), et les couches laborantines multiplieront les alternate take diffusées et dispersées sur autant de plateformes. Un modèle feuilleté et viral où chacun choisissant sa part décidera, pour son propre compte, de sa version de référence. De la sorte, on privilégiera l'une ou l'autre couche, peut-être même ira-t-on adorer Britney Spears dans sa production acoustique-tambourin, laissant la tranche boxer-guimauve au gentil Kevin, le fils de la voisine. Il faudra un GPS et une connexion à allmusic.com pour s'y retrouver, mais en même temps, plus personne n'aura besoin de s'y retrouver, à part quelques rédacteurs fous. C'est ça qu'est bien.

;) conclura Kevin.

Retour haut de page

Pochette Disque (CD-R)

» Tracklisting

  1. D. shallow (demo)
  2. Eagle rock (demo)
  3. The dutch fist (demo)
  4. Night at the knight school (demo)
  5. Proud turkeys (demo)
  6. Fly paper (demo)
  7. Oh yes, another mother (demo)
  8. The white mask (demo)
  9. Mo deeper (demo)
  10. House break (BBC)
  11. Ask me about Jon Stross (BBC)
  12. I can't get next to you (BBC)
  13. The perfect map (BBC)
  14. Monkey vs shark (live)
  15. Night at the knight school (live)
  16. 2 a. m. (live)
  17. Eagle rock (live)
  18. The white mask (live)
  19. Oh yes, another mother (live)

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.