Mogwai

The Hawk Is Howling

( Pias ) - 2008

» Chronique

le 17.10.2008 à 06:00 · par Eric F.

Après quelques concerts plutôt décevants (notamment la piètre prestation à Rock En Seine l'année dernière), on se demandait un peu à quoi jouait Mogwai. Les Ecossais, plus vraiment tranchants sur toute la longueur sur disque, perdaient également leur statut de monstre scénique. Inutile de préciser qu'on attendait ce The Hawk Is Howling de pied ferme, mais sans réel enthousiasme non plus. Presque avec l'envie d'achever le moribond, c'est dire. Ça n'aura pas été The Sun Smells Too Loud qui nous aura donné envie de ranger la machette d'ailleurs, son envie d'aller voir ailleurs se prenant les pieds dans le tapis. Encore généreux, on décidera de mettre ce ratage, qui aurait pu être sauvé en lui retirant deux-trois minutes, sur le compte de pintes douteuses dans un quelconque pub louche de Glasgow.

Et puis Jim Morrison (ou du moins son fantôme) déboule en ouverture. On se dit dès lors que la tradition du titre d'ouverture magistral (cf. Sine Wave, Hunted By A Freak et Auto Rock sur les disques précédents) est une fois de plus respectée. On craindra ensuite un stressant aller-retour entre le bon et le moins bon le temps d'un Batcat en copie conforme du Glasgow Mega Snake, mais en plus risible.

La suite nous donnera fort heureusement tort. Parfois construits autour d'une ou deux idées seulement, les titres suivants impressionnent par leur sérénité et leur volonté de ne pas se perdre en route. Rassuré une fois le suppositoire The Sun Smells Too Loud encaissé, on trouvera difficilement d'autres critiques à formuler : Mogwai joue resserré et se concentre sur son sujet. Bien sûr, la réussite du disque est en grande partie liée au fait que les cinq Ecossais semblent avoir tissé une toile digne de l'inégalé Come On Die Young comme ligne de conduite. Bien loin du caractère assez aléatoire de l'inégal Mister Beast donc, et ça fait du bien.

Quelques semaines après avoir fait subir le traitement "Deluxe Edition" à l'inaugural Young Team, Mogwai semble avoir définitivement remis au placard l'idée de nous faire voyager en montagnes russes le temps de tout un album. Hormis le Batcat évoqué plus haut, seuls l'excellent I Love You, I'm Going To Blow Up Your School et The Precipice semblent vouloir nous sortir de la douce torpeur que le disque aura installé. Certes, la plupart des titres ici présents ne laisseront pas un souvenir impérissable face aux mastodontes du répertoire du groupe, mais mis ensemble, il se dégage une cohérence fortement appréciable. Signe d'une réussite (presque) incontestable, même les claviers de Barry Burns ont décidé de ne pas en rajouter, et on ne pourra que le féliciter d'avoir laissé tomber son horrible vocoder. Pas une seule voix sur ce disque donc, qui n'en est pas moins habité et qui exploite tout son potentiel écouté à la tombée de la nuit (ou au crépuscule).

A deux titres près, Mogwai aurait signé un fracassant retour (apaisé). On se contentera avec plaisir d'une remise à niveau fort appréciable. Sans beaucoup de bruit ni de fureur, donc, mais avec une classe indéniable. Ouf.

Retour haut de page

Pochette Disque The Hawk Is Howling

» Tracklisting

  1. I'm Jim Morrison, I'm Dead
  2. Batcat
  3. Danphe And The Brain
  4. Local Authority
  5. The Sun Smells Too Loud
  6. Kings Meadow
  7. I Love You, I'm Going to Blow Up Your School
  8. Scotland's Shame
  9. Thank You Space Expert
  10. The Precipice

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.