The Redwalls

Universal Blues

( Fargo ) - 2008

Réédition.

» Chronique

le 01.09.2008 à 06:00 · par Eric F.

A en juger par les photos qui traînent sur internet, The Redwalls n'est pas vraiment un groupe de son époque : fringues impeccables sorties tout droit des seventies, guitares Rickenbacker en étendard... Cette impression est plus que confirmée dès les premières notes de Colorful Revolution, véritable hommage à Bob Dylan et aux Beatles. Pas étonnant, du coup, que le groupe ait été pris sous l'aile protectrice d'un certain... Noel Gallagher, dont on souhaiterait qu'il ait le nez aussi creux face à ses propres disques que lorsqu'il s'agit de repérer des nouveaux talents. Que les allergiques à l'Oasis se rassurent, si Universal Blues, le premier album des Redwalls, est aujourd'hui réédité par Fargo (dans l'attente d'un nouvel album prévu début 2009), c'est aussi grâce au batteur de Wilco qu'on le doit. Abasourdi devant tant de classe, celui-ci fit le forcing jusqu'à ce qu'un label bienveillant ne décide de donner une chance au quatuor de Chicago. Qu'il en soit remercié, car il aurait été dommage de passer à côté d'un tel groupe.

C'est vrai, Universal Blues ne nous offre pas grand chose de neuf et les puristes pourront même aller jusqu'à crier au plagiat éhonté par moments (comparer What A Shame avec Ballad Of A Thin Man de Bob Dylan, par exemple...). De notre côté, nous préfèrerons louer la classe improbable de ce groupe qui sait très bien faire ce type de musique qu'on a déjà entendu des milliers de fois (comprendre : en beaucoup moins bon la plupart du temps). Oui, la voix singe soit Bob Dylan ou John Lennon (voire même les deux en même temps). Oui, The Redwalls semblent être un drôle groupe d'Hibernatus en puissance. Oui, les cœurs pop en font parfois trop. Malgré tout cela, on se demande bien ce que répondront les grognons et autres esprits chagrins quand on leur opposera comme argument des titres de la trempe d'It's Alright (bien trop véloce pour être contré), Speed Racer (et son solo "twist & shout" fuzzé imparable), ou encore Universal Blues et How The Story Goes. Le genre de titre que n'importe qui aimerait avoir sous la main pour emballer les filles (ou les garçons le cas échéant).

Quiconque arrivera à comprendre que l'idée de conflit générationnel ne pèse pas grand chose devant un songwriting lumineusement bien ficelé devrait fondre devant The Redwalls. Be bop a lula hallelujah.

Retour haut de page

Pochette Disque Universal Blues

» Tracklisting

  1. Colorful Revolution
  2. You'll Never Know
  3. It's Alright
  4. Speed Racer
  5. How The Story Goes
  6. It's Love You're On
  7. What A Shame
  8. Home
  9. Baliness
  10. I Just Want To Be The One
  11. Universal Blues

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.