Mogwai

Young Team Deluxe

( Chemikal Underground / Pias ) - 2008

» Chronique

le 30.06.2008 à 06:00 · par Eric F.

Slint, fondement du post-rock, mur du son. Voilà au moins trois termes que l'on sera à peu près sûr de retrouver dans n'importe quelle chronique traitant de cette copieuse réédition du premier "vrai" album de Mogwai (Ten Rapid, sorti quelques mois auparavant, compile quant à lui les singles des débuts). Flashback en 1997, donc. A l'époque, la Grande-Bretagne musicale est dominée par The Verve et Oasis, tandis que Radiohead commence juste sa prise de pouvoir au niveau mondial. Toute l'île britannique est occupée par la vilaine britpop. Toute ? Pas vraiment. Seul un petit village semble s'obstiner à lutter contre cet encombrant envahisseur. Enfin, petit village, entendons-nous bien, il s'agit quand même de Glasgow ! Si les traitres de Travis ne tarderont pas à rejoindre le camp ennemi, on peut compter sur des forces vives telles que Belle & Sebastian, Arab Strap et donc Mogwai pour résister, chacun avec des armes bien différentes. Stuart Murdoch et sa bande prennent des poses adolescentes et se la jouent sensibles pendant qu'Arab Strap préfère mener le combat dans les pubs enfumés de la ville. Quant à Mogwai, le postulat est simple : laisser l'ennemi s'approcher en l'attirant par des mélodies aériennes, avant de lancer une armée de bruit droit dessus. La "trouvaille" fait presque office de révolution à l'époque. Bien sûr, My Bloody Valentine aura déjà posé les bases, tout comme Slint de l'autre côté de l'Atlantique. Mais Mogwai semble vouloir s'appliquer à ce concept avec une radicalité décoiffante. On rappelera aux lecteurs les plus jeunes qu'à cette époque, Godspeed You! Black Emperor n'était qu'une expression tirée d'un film sur un gang de bikers japonais et qu'Explosions In The Sky était encore loin d'être devenu une (mauvaise) blague.

Bien sûr, le combat était perdu d'avance, mais ceux qui rallièrent la cause finirent par voir leur rang grossir au fur et à mesure que la britpop tournait en rond et faiblissait. Ironie du sort, ce mouvement, avec pour dénominateur commun une étiquette fourre-tout de "post-rock", finirait également par faire des tours sur lui-même en attendant désespérément un hypothétique sauveur. Mais ceci est une autre histoire. Concentrons-nous donc sur Mogwai. Les débuts du groupe sont à peu près communs à ceux de n'importe quel autre, c'est-à-dire pas très assurés (voir à ce sujet la réaction du bassiste Dominic Aitchinson, lorsque nous lui avions fait écouter la première démo du groupe lors d'une interview à Paris il y a deux ans). Sûrement en réaction à la daube ambiante qui règne un peu partout, le groupe se décide de se passer de voix. Les seules à trouver une place seront maltraitées et ne pèseront pas lourd face à la musique, et arrivent parfois à nous faire rire (comme ce coup de fil narrant une bagarre entre Stuart Braithwaite et Dominic Aitchinson pendant la joliment placide Tracy). Seul Aidan Moffat d'Arab Strap parviendra à poser quelques paroles touchantes de banalité quotidienne sur le minimal Are U Still In 2 It ("We could go to the pictures, go and see something funny / We could share some pop corn and go to the pub at night / We could get right tanked up and go home and have a fight"), annonciatrices du monument Philophobia, sorti un an plus tard. Chez Mogwai, il fut bien vite clair que ce seraient les guitares qui seraient en tête d'affiche, même si le disque s'ouvre par la monumentale ligne de basse de Yes ! I Am A Long Way From Home, véritable rampe de lancement pour six-cordes. Et si l'on a bien souvent enfermé le groupe dans un schéma "quiet-loud-quiet-puis-éventuellement-re-loud", il est bon de se rappeler à quel point certains morceaux regorgent de petites trouvailles et de détails discrets mais presque indispensables.

A ce sujet, on regrettera que les retouches sur la production soient au final assez minimes par rapport à la version originale, à l'exact opposé de la réédition du Goo de Sonic Youth, qui redéfinissait totalement l'aspect du disque. Qu'importe, puisque les fans du genre en auront pour leur compte au niveau décibels. Impossible de nier que le succès du groupe fut bâti grâce à ces cathédrales bruitistes que sont Yes! I Am A Long Way From Home, Mogwai Fear Satan (qui offrit la peur de sa vie à l'auteur de ses lignes sur scène en mai 1998), ainsi que l'éprouvant Like Herod. Ceci dit, il ne faut pas non plus oublier les autres titres, qu'ils soient posés (Tracy, Radar Maker et Are U Still In 2 It, agissant comme de vrais bouffées d'oxygène), ou proposant des vagues plus abstraites (A Cheery Wave From Stranded Youngsters, mais surtout With Portfolio et son piano mixé dans les profondeurs de l'enfer), donnant ainsi à ce Young Team un spectre infiniment plus large. Alors oui, à l'époque Mogwai était effectivement un jeune gang redoutable et plein d'avenir (Stephen Malkmus allant même jusqu'à les considérer comme LE groupe rock du 21ème siècle lors d'une alléchante tournée commune Pavement - Mogwai), ce qu'ils confirmèrent deux ans après Young Team en sortant leur chef-d'œuvre inégalé et inégalable qu'est Come On Die Young. Prenant par la suite des chemins divers et variés, les disques de Mogwai, sans jamais être ratés, n'auront jamais atteint ce niveau d'intensité. A l'heure où un nouvel album est annoncé pour fin septembre, cette réédition est plus que recommandée à tous ceux qui sont déçus que le groupe utilise désormais plus la pédale de frein que celle de distortion, chose impensable à l'époque des débuts, que les titres lives présents sur le disque bonus soulignent parfaitement, au milieu d'inédits de qualité inégale (avec une belle mention au Honey des Spacemen 3, magistralement repris).

Retour haut de page

Pochette Disque Young Team Deluxe

» Tracklisting

CD I

  1. Yes! I Am A Long Way From Home
  2. Like Herod
  3. Katrien
  4. Radar Maker
  5. Tracy
  6. Summer (Priority Version)
  7. With Portfolio
  8. R U Still In 2 It
  9. A Cheery Wave From Stranded Youngsters
  10. Mogwai Fear Satan

CD II

  1. Young Face Gone Wrong
  2. I Don't Know What To Say
  3. I Can't Remember
  4. Honey
  5. Katrien (Live)
  6. R U Still In 2 It (Live)
  7. ]Like Herod (Live)
  8. Summer (Priority Version) (Live)
  9. Mogwai Fear Satan (Live)

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.