Tim Coster

Holding Plants

( Ruralfaune / Ruralfaune ) - 2007

Publié à 48 exemplaires.

» Chronique

le 25.04.2008 à 06:00 · par Benjamin A.

Si la Nouvelle-Zélande est un terreau fertile aux musiques bruitistes et bancales, certains artistes émergeants, comme Tim Coster, rompent avec cette tradition de manière assez radicale et intéressante. Parallèlement à la tête du label Claudia, ce Néo-Zélandais a déjà publié différents travaux chez Pseudo Arcana, Idiosyncratic, ou Claudia, en solo ou épaulé par son ami Nigel Wright.

Holding plants marque dès les premières secondes par sa méticulosité et ses textures sonores autant synthétiques que charnelles. Alors que bon nombre de ses confrères néo-zélandais offrent une musique au son brut et brouillé par des techniques d'enregistrement primitives, Tim Coster semble d'avantage avoir été marqué par les productions issues de chez Touch, Kranky, ou par l'electronica, cultivant avec délicatesse une forme de minimalisme et de compositions en flottement. Le disque est formé d'une plage unique, liant enregistrements extérieurs (oiseaux, océan) à des instruments (harmonica et basse) et nappes sonores électroniques, plusieurs fois traversées par des vagues lointaines de feedbacks. La recherche d'atmosphère reste au coeur de cette pièce. Le field recording dessine très précisément des objets posés dans des paysages, et la rencontre entre les deux produit un effet souvent bien plus visuel que sonore. Holding plants en est un bel exemple. Malgré sa brièveté, le disque réussit à s'imposer avec finesse, dessinant le long d'une vingtaine de minutes les contours d'un monde cérébral qui ne larguent jamais l'auditeur à sa propre contemplation, et lorsque l'écoute se laisse tenter par le basculement, les ruptures nettes de textures et d'espaces replacent l'oreille dans un état de vigilance permanent.

Les influences de Tim Coster semblent riches et nombreuses, les ombres de Tim Hecker, d'Oren Ambarchi (période triste), de Murmer, voire même de Loren Chasse, parsèment ce disque. Six mois de confection, pour parachever une pièce sonore d'une vingtaine de minutes comme Holding Plants, parfaitement ciselée, publiée sur mini CD-R à quarante-huit exemplaires suffit à révéler le degré d'exigence et la conviction de ce jeune musicien.

Retour haut de page

Pochette Disque Holding Plants

» Tracklisting

  1. Holding Plants

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.