Will Oldham

Little Joya

( Drag City ) - 1998

» Chronique

le 07.04.2008 à 06:00 · par Thibaut G.

Little Joya, trois titres, dont deux instrumentaux aussi courts qu'énigmatiques : Prologue et Exit Music (For A Dick), pendant (sans mauvais jeu de mots) du raffiné You Have Cum In Your Hair (And My Dick Is Hanging Out) d'Arise Therefore.

Pourquoi un tel choix de disque ? Pourquoi diable se contenter de trois titres, alors que Joya, formidable LP auquel ils étaient initialement associés, méritait amplement plus de louanges ?

Que le lecteur se rassure. L'auteur de ces lignes n'a - même si la question lui a effleuré l'esprit - pas cédé à la facilité. Il s'est simplement décidé à évoquer l'un des titres faisant, selon lui, partie des plus représentatifs du répertoire du kentuckian.

Joya.

Oldham au chant et à la guitare, Pajo à la basse, et Murphy aux fûts. Derrière la vitre, Albini à la console, et O’Rourke au mastering. On aurait pu croiser pire équipe.

Les instruments de musique en bandoulière, Oldham, Pajo et Murphy arrivent au studio, la démarche hésitante et dandinante, excusée par le poids plume de leur jeune âge. Aucun regard, ni aucun mot ne sera échangé avant le feu vert d’Albini. Trop de préparatifs auraient, dans leur esprit, annihilé tout effort de créativité.

Albini est paré, mais les comparses, pas tout à fait. Premier accord plaqué de guitare, et tous les regards se rivent sur l’instrument en bois, tentant de suivre tant bien que mal les hésitations rythmiques du louisvillian.

Arrivent à la rescousse les premiers mots, fins et géniaux acrobates épousant, puis portant de manière admirable cette toile de fond bancale et chaotique.

"God bless the chaos, I'm ready to go/Made my provisions, written my notes/Too bad that folks remain on the earth/To see me deny, no, to renew my birth".

De ces paroles fort à propos n’a plus qu’à naître l’un de ces morceaux dont Oldham seul a le secret. D’une mélodie, d'une intimité et d’une expressivité à couper le souffle. Suffisamment malléable, de par sa structure en "château de cartes", pour pouvoir revêtir diverses dimensions au fil des écoutes, en concert comme à la maison.

Pas peu satisfaite, la troupe quitte alors le studio, littéralement médusé et conquis par une telle tournure des évènements. Will sourit fièrement : c’était bel et bien l’effet escompté.

Retour haut de page

Pochette Disque Little Joya

» Tracklisting

  1. Prologue
  2. Joya
  3. Exit Music (For A Dick)

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.