Dead Meadow

Old Growth

( Matador ) - 2008

» Chronique

le 08.02.2008 à 06:00 · par Eric F.

Après un Feathers titanesque, on se demandait bien comment Dead Meadow allait pouvoir sinon placer la barre plus haut, au moins garder un tel niveau d'excellence. La réponse de Jason Simon, Steve Kille et Stephen McCarty est d'un extrémisme aussi simple qu'efficace : dénuder le groupe de ses légendaires distorsions ! Si certains fans de longue date criaient d'ores et déjà au scandale, on ne pouvait que s'incliner devant cette décision plutôt courageuse...

Et désormais, on pourra également s'incliner devant ce Old Growth, qui n'atteint peut-être pas les sommets de Feathers, mais reste néanmoins bien haut perché. Ce terme n'est évidemment pas pris au hasard, tant le trio conserve son côté hautement narcotique. Privé de ses effets, Jason Simon ne se retrouve pourtant pas à poil et parvient sans problème à faire décoller l'ensemble. "Ain't Got Nothing to go wrong, no not today" clame-t-il d'entrée, et on ne peut qu'acquiescer.

Après un départ en trombe (les trois premiers morceaux sont inattaquables et se complètent à merveille), le groupe prend une pause pour livrer un Down Here acoustique qui ne convainc qu'à moitié. Peut-être trop de retenue. Si, pour une fois, Dead Meadow n'a pas remis au goût du jour un seul de ses vieux titres (une spécialité jusque-là souvent menée avec succès : cf. Heaven sur Shivering King And Others et Feathers), l'envie de refaire le coup du casse At Her Open Door est plus qu'évidente avec I'm Gone, qui arriverait presque à tenir la comparaison avec le joyau de l'album précédent, ceci en grande partie grâce à un solo totalement déjanté. La tentative de "psychédélisation" indienne de Seven Seers restera quant à elle lettre morte, tant elle ennuie et finit même par irriter.

Mais le bluesy The Great Deciever lance idéalement la deuxième partie du disque, qui reprend son souffle avec brio, ce qui se confirme par l'intermédiaire d'un The Queen Of All Returns, qui lâche assez vite une structure assez convenue pour prendre son temps, la guitare de Jason Simon folâtrant avec grâce et agilité, et qui prouve ainsi que le groupe sait être extrêmement convaincant sur des tempos plus qu'alanguis.

Keep On Walking démontre que le raté de Down Here n'était qu'un accident de parcours, la formule acoustique tournant ici à plein régime. Finissant avec brio le disque, Dead Meadow voit sa prise de risques totalement récompensée, tant le trio parvient à rester fascinant avec des morceaux complexes et addictifs (What Needs Must Be), qui n'auront pas à rougir face à leurs prédécesseurs...

Retour haut de page

Pochette Disque Old Growth

» Tracklisting

  1. Ain't Got Nothing (To Go Wrong)
  2. Between The Ground And Me
  3. What Needs Must Be
  4. Down Here
  5. 'Til Kingdom Come
  6. I'm Gone
  7. Seven Seers
  8. The Great Deceiver
  9. The Queen Of All Returns
  10. Keep On Walking
  11. Hard People/Hard Times
  12. Either Way

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.