Artistes Divers

Frannce

( Ruralfaune / Ruralfaune ) - 2007

Co-édition Ruralfaune / La Belle Dame Sans Merci.

» Chronique

le 23.11.2007 à 06:00 · par Benjamin A.

Parmi les labels CDR, produisant des objets aussi rares que précieux, Ruralfaune fait plutôt figure d'exception en France, depuis maintenant deux ans (avec un rythme de production sans faille) en défendant des terrains largement sous-représentés. Le label, basé à Angers, non loin du pays de Brocéliande, n'en est pas à sa première compilation, même si Frannce apparaît désormais comme l'entreprise la plus poussée et la plus ambitieuse. Pas de contresens, Frannce n'est pas une compilation de musiciens français, c'est une compilation internationale pour laquelle chaque artiste a créé un titre évoquant à sa manière une certaine idée de la France. Trois disques sont donc réunis aux couleurs du drapeau tricolore : un bleu, un blanc, un rouge pour quarante-cinq titres et plus de trente artistes dans un univers où se côtoient chansons folks, drone, noise, psychédélisme, field recordings, musique concrète et enregistrements live. Frannce, par son ampleur, s'inscrit désormais dans la lignée tracée par d'autres compilations qui ont fait date, notamment la double compilation Jewelled Antler, Gold Leaf Branches, sortie chez Digitalis en 2005 (inaugurant la longue série des compilations Wailing Bones), ou Invisible Pyramid : Elegy Box, sortie chez Last Visible Dog en 2004. Naturellement, sont au rendez-vous la plupart des artistes déjà signés sur le label, mais quelques (très bonnes) surprises, de Birds of Delay, à Tanakh, Ben Reynolds ou encore Tom Carter, jonchent cette trilogie savamment ordonnée. Le parti pris est plus proche de la narration que du glossaire. Essayer de trouver une cohérence générale était sûrement voué à l'échec : les trois disques sont d'avantage à entrevoir comme trois volets, aux ambiances séparées et bien distinctes.

Bleu disque

L'honneur d'inaugurer la trilogie est réservé à Jason Honea, par un fragment d'enregistrement vocal brut au dictaphone, More now Girl, qui s'inscrit dans la directe lignée des enregistrements de Hunt to Die. De manière générale, ce premier disque est largement tourné vers des ballades folk (The North Sea), chansons (Black Forest/Black Sea) ou enregistrements live et espaces rapportés avec le très beau Mouchoir de Ciel de The Rome Chell and The Reggaee. Tanakh est l'une des belles surprises de ce premier disque avec un Stereognosis Remix, dont le phrasé désincarné de Jesse Poe ferait presque apparaître le voile de Michaël Gira. Tom Carter ressort lui aussi de ce premier volet en signant avec aisance un blues étiré et tendu au son chaud qu'on prendrait presque, la voix en moins, pour un titre désertique de Ben Reynolds. Reynolds qui est d'ailleurs présent sur ce disque bleu, avec un titre assez étrange, inspiré de dadaïsme et de surréalisme, où l'on semble entendre, demi-étouffées, les voix récitantes de Marcel Duchamp et d'André Breton derrière un gisement de notes en delay. On retrouve tout au long de ce premier disque plusieurs autres formations déjà parues sur le label, comme Quetzolcoatl, nébuleux projet sorti des profondeurs de l'Irlandais Timothy Hurley (Bonecloud), ou le folk boitant et bricolé de 6majik9, qui concourent largement à l'ambiance contemplative et tournée vers les hauteurs de ce premier volet.

Blanc disque

L'apparition de Volcano the Bear sur le premier titre de ce blanc disque laisse présager de l'ambiance plus free et désarticulée de ce deuxième volet, ambiance se confirmant largement par le fantômatique Etangs et Petits Aigles de Brothers of the Occult Sisterhood, avec ses percussions démantelées, effets de panel, feedbacks et ruptures sèches d'ambiances. Sans pour autant quitter l'univers flottant du delay, blanc disque franchit un pas, laissant de côté les ambiances folks ou tournées vers la lumière du premier disque, pour se concentrer sur des morceaux aux ambiances plus lointaines, plus sombres et surtout plus improvisées. En témoignent les présences de The Mighty Acts of God ou de Gianluca Becuzzi et Fabio Orsi. Se suivent les Néo-zélandais Lee Noyes et Clayton noone (CJA, Futurians, Armpit), pour une transe de blues freak, brouillonnant, une nouvelle formation du prolifique Brad Rose, présent sur pas moins de quatre titres tout au long de cette compilation. On le retrouve consécutivement en duo avec Michael Donnelly, sous un psychédélique Alligator Crystal Moth tout en cordes, archet et delay, suivi par Ajilvsga, cette fois-ci son duo avec Nathan Young (Wolf Eyes), version électrique et saturée de ses formations acoustiques, plus rude et surtout plus directe, sans effet, vers une transe électrique plus proche d'un Michael Flower ou de Davenport. Le folk déconstruit des Belges de Sylvester Anfang crée une belle rupture au milieu de ce disque, descendant encore d'un niveau, vers une fin de disque en plongée sous-terraine avec The Maginot Line, titre noir signé de la formation néo-zélandaise The Stumps (Anthony Milton, James Kirk, Stephen Clover), à la ligne de basse neurasthénique et répétitive. Gregg Kowalski apparaît sans trop de surprise avec un long drone minimal et claustrophobe flirtant avec la surface, sur le fil de la saturation, titre pour le moins inquiétant qui mène le disque vers une pétrification que se charge de parfaire Stephen Clover avec Green Faerey, plage minimale et épaisse, de sonorités résonnantes et organiques. Blanc disque s'achève sur un dernier titre signé du jeune saxophoniste italien Valerio Cosi, et ses quelques dernières secondes de bruit blanc au contraste éblouissant qui viennent clore en un flash ce deuxième volet.

Rouge disque

Troisième et dernier virage, le disque rouge se fait d'une traite, plus dense, explorant la transe sombre et cathartique avec Heavy Winged, ou les paysages glaçiaux balayés de larsens et de feedbacks du duo norvégien Bjerga/Iversen. Nouveaux arrivés sur le label, l'excellent duo anglais Birds of Delay (Steven Warwick, Luke Younger), avec un Wader, comme à l'accoutumé, nourri de voix distordues incohérentes et de déferlements de larsens et de guitares explosives. Beau parti pris que d'avoir introduit Rober Horton à la fin de cette compilation au milieu d'un brasier ardent, car même si l'instrumentation du fameux Américain est majoritairement acoustique, il se dégage toujours de ses enregistrements un minimalisme étrange et une habileté reconnaissable entre mille, à porter les instruments vers une forme d'abstraction, curieusement beaucoup plus proche de ses confrères de la force rouge que de la force blanche. Autre belle escale de ce troisième disque, le duo français Cosmic Mandoliners (Vincent Fribault, Florian Tositti), dans une veine proche de Phil Todd (Ashtray Navigations est d'ailleurs également présent sur ce troisième disque), subtil paysage composé d' enregistrements bruts, de drones rugueux et de percussions cristallines, s'emmêlant dans un chaos bien plus contemplatif que destructeur. L'une des dernières formations de Brad Rose est aussi présente, Fucken Puritan, où la rencontre aussi inattendue que parfaite entre le jeu Takoma de Brad Rose aux cordes et les sonorités radars et drones stellaires du Néo-zélandais Stephen Clover (Seht). Et puis, c'est enfin Alex Cobb, avec Taiga Remains, qui referme magnifiquement ce troisième et dernier volet, par une plage étirée de drones purs et hypnotisants, maillage de résonnances acoustiques en quête d'une lévitation au coeur de la matière, qui porte peu à peu Frannce vers le silence, après quelques 230 minutes d'un voyage dense sur la frontière impalpable qui sépare le naturel du surnaturel.

On pourrait voir en Frannce un vaste collage, un magnifique paysage sinueux et invisible contenu dans un objet dont il n'existe en tout que 300 exemplaires, numérotés et confectionnés à la main. Les champs soutenus par ces deux labels sont larges, et accessibles pour tout auditeur curieux et leur territoire et en expansion, comme en témoignent les récentes sorties de l'intriguant Holding Plants du Néo-zélandais Tim Coster sur Ruralfaune, ou de Swallowing Stars d'Helvetica is the Perfume of the City sur La Belle Dame Sans Merci. Sorties qui confirment plus qu'amplement que religiosité et obscurantisme ne vont pas toujours de paire.

Retour haut de page

Pochette Disque Frannce

» Tracklisting

    Disque I (bleu)

  1. More Now Girl, The Shitty Listener
  2. Le Dieu Cerf, The North Sea
  3. Joanna De Oliveira / Jarvis / De Oliveira
  4. The Noble Man's Fever, Amolvacy
  5. Headphone Music For Bridgett Bardot, Mike Tamburo
  6. Stereognosis Remix, Tanakh
  7. Reynardine, Tom Carter
  8. My Night With the French Resistance, Black Forest / Black Sea
  9. Mains Tombantes, 6majik9
  10. Un Hommage à Maldoror, s. dyja
  11. I Dive For Secrets In the Gorge Du Verdon, Quetzolcoatl
  12. Surealism avec Robert Desnos, André Breton, Marcel Duchamp et Louis Aragon, Ben Reynlods
  13. Mouchoir De Ciel, The Rome Chell / The Reggaee
  14. Donnez Moi Un Fetide Odontophorus, Cpu Group & Rahmane
  15. Boisansfeuilles, V
  16. 161 104 French Fries, Lamppukello
  17. La Maison Près De La Campagne, Milou Et Les Chiens Fous

    Disque II (Blanc)

  18. Bongeau, Volcano the Bear
  19. Etangs Et Petits Aigles, Brothers of the Occult Sisterhood
  20. Revenez à La Demoiselle Qui Est Déléguée Du Roi Du Ciel", The Mighty Act of God
  21. Sans Fin, Gianluca Becuzzi & Fabio Orsi
  22. Their Door, Tanakh
  23. Cja & Lee Noyes, Obsessed On Idefix
  24. Marie's Hair, Elephant Micah
  25. Vampires Crystallins, Alligator Crystal Moth
  26. French Revolution, Ajilvsga
  27. De Gouden Rider, Silvester Anfang
  28. The Maginot Line, The Stumps
  29. Black Armagnac, Gregg Kowalski
  30. Transport#6, Fursaxa
  31. Green Faerey, Seht
  32. Emmanuelle Beart, Valerio Cosi

    Disque III (Rouge)

  33. Ils Dorment, Altar k
  34. Un Regard Primitif, Heavy Winged
  35. Sons Pirates Des Fréquences Volées, Bjerga / Iversen
  36. Wader, Birds of Delay
  37. Futuna, The Futurians
  38. Sans Titre, Gasheart
  39. Paris In Stars, Uton
  40. L'eau Qui Dort, Family Battle Snake
  41. Robert Horton vs Egghatcher, Funeral Process For the Pot-Pourri Terrorist
  42. Fish Heads And Frog legs, Fucken Puritan
  43. Unis Vers L'univers Verts, The Cosmic Mandoliners
  44. Inside Outside the Dream, Ashtray Navigations
  45. Originary Lack, Taiga Remains

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.