Satanicpornocultshop

Aiff skull

( Vivo records ) - 2006

» Chronique

le 31.10.2007 à 06:00 · par Marteen B.

Satanicpornocultshop est un collectif d'Osaka dont les cinq musiciens manient, sans surprise : turntables, loops, orgues et voix, en vue de produire des collages redoutablement déstructurés.

Satanicpornocultshop pratique le collage cinématique. L'écriture électronique se prête particulièrement bien à la fabrique de spectacles sonores. Chaque morceau est une petite aventure musicale, un sketch rempli d'événements. Le tout porté par de fortes dynamiques, jouant soit sur des rythmiques électroniques, soit sur des voix comme fils conducteurs et accompagnateurs dans le film sonique. Le hip-hop dada du groupe regorge en conséquence d'images, d'ambiances fortement contrastées qui puisent allégrement dans la culture populaire : clichés musicaux, tubes FM, bande-son de blockbuster, etc. La culture rap, très présente, est secouée par une déconstruction systématique, et nombre de plages évoquent un Outkast revu et corrigé par John Oswald (héros des Plunderphonics et créateur entre autres d'une compression magnifique de la 7ème symphonie de Beethoven, ramenée à 3 minutes 16). Mais avec la même aisance, sur Tenth lament, un lamento d'accordéon et de piano est traversé par les trilles d'une flûte japonaise, avec superposition d'une mélopée tout en souffle pour voix éthérées.

Une des traditions de la parole bouddhique est portée par les kôan, historiettes ou courts dialogues d'une apparente absurdité, qui appellent à une longue méditation avant que ladite absurdité ne germe en éveil de la conscience. Si, pour un Occidental, l'étiquette dadaïste vient aussitôt à l'esprit pour qualifier la musique de Satanicpornocultshop, un Japonais penserait plus probablement que la culture qui nourrit cette musique vient des koân. Culture illustrée par cette intéressante problématique, développée sur un mix précédent : si l'on découpe un ver de terre, et que l'on réassemble les parties dans un autre ordre, est-ce que l'on obtient à nouveau un ver de terre ?

Aiff skull est donc un EP construit à partir du single tiré de leur précédent album : Orochi Under the Straight Edge Leaves. Cet EP agrémenté d'inédits atteint la très honorable durée de 62 minutes. Il faut dire que ce ne sont pas moins de vingt bonus tracks qui sont ici proposés. Dont une confrontation de Porque te vas, l'incontournable des boums des 12/13 ans, mixé avec un rappeur black et une trompette free jazz. Le disque se conclura d'ailleurs sur le titre phare de la Boum 2, en japonais (aussi moche qu'en anglais, cela venait bien du morceau). On entendra aussi un remix du Do the wrong thing des Lounge lizzards. Quelqu'un se brosser les dents. Ou un croisement de Mickael Jackson avec la chanson titre de Ghostbuster. Tandis que Kakke no tonkachi permet de se familiariser avec la variante japonaise du phrasé rap. Le disque est sinon traversé de chansons pop sucrées, avec voix japonaises féminines et enfantines de rigueur, qui raviront les amateurs de lollipops (de lollipops un peu barrées), comme sur Chopstick park. Morceau façonné dans la plus grande tradition de la pop japonaise, dynamité par un duo batterie/trompette davantage Mano Negra, et un pont construit sur un sample de ska.

Satanicpornocultshop pourrait pratiquer une forme de dérision systématique, amusante et un peu usante. Le groupe opte pour une formule plus riche et plus complexe, s'essayant à des constructions émouvantes et des ambiances hétérogènes. On pense à Fellini pour le côté perlimpinpin, le plaisir naïf trouvé à construire des ambiances guimauves, et pour le grand amour du cirque et des numéros spectaculaires.

La pochette, très belle, avec ses collages de créatures où une mâchoire de sanglier côtoie fleurs et fruits, rappelle le grand souci du groupe pour la dimension visuelle de ses prestations – les lives sont décapants.

Retour haut de page

Pochette Disque Aiff skull

» Tracklisting

  1. aiff skull
  2. my underwater boy, reggae
  3. porque te vas, radio edit
  4. interlude: dog
  5. u can't touch dis - me frosen pine & dj ugh
  6. chopstick park
  7. interlude: stomach
  8. nido
  9. ninth lament
  10. tenth lament
  11. doggy swamp
  12. do the wrong thing
  13. interlude: chopstick
  14. kakke no tonkachi
  15. interlude: stolen hour
  16. wholepole - the discotheque of erotic misery
  17. ok, remix by ugh
  18. ghost 2
  19. interlude: hello
  20. tamori's message
  21. reality

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.