The Shitty Listener

Hunt to Die

( Sacred Harp ) - 2006

Cassette

» Chronique

le 26.09.2007 à 06:00 · par Benjamin A.

Pas de doute, c'est bien le portrait de feu Darby Crash (The Germs) qui orne la pochette de cette cassette de Shitty listener's (dont le graphisme est signé Kerry Mc Laughlin). "Chasse pour mourir !", un slogan qu'aurait pu scander Crash au temps où les Germs faisaient naître le punk à Los Angeles. Californiens, les musiciens de Hunt to Die le sont presque tous. Ce n'est pas une légende de dire que l'esprit Jewelled Antler a ses racines dans le punk et le hardcore, et que les premiers CDs-R qui circulaient au tout début des années 90 ne venaient d'autre part que de la liberté de production que représentait et représente encore l'objet cassette.

Le morcellement, façon cut-up de cet enregistrement n'est pas une illusion, il forme une sorte d'archive de fragments sonores enregistrés principalement à Berlin et à Costa Mesa (Californie), non seulement dans des lieux différents mais avec des musiciens différents d'un enregistrement à l'autre. Le tout a été assemblé et monté dans l'antre de Dirty Cage, l'obscure studio d'enregistrement de Jason Honea, à Berlin.

Ce reliquaire de fragments qu'est Hunt to Die s'ouvre sur cet étrange ambiance de boîte de nuit enregistrée sur place à demi-sourdine, se coupant brusquement après à peine une minute pour faire place à une ballade suave façon Pastels survolée par la voix haute de Jason Honea, fleurissant un rythme de guitare folk et quelques percussions basiques (peut-être des pierres). Les notes accompagnant la cassette mentionnent pour ce fragment de 2001 un groupe du nom D'UDF (Upside Down Flames), qui n'est en fait que le trio Honea, Loren Chasse et Glenn Donaldson. A peine le temps d'entrer dans ce nouvel univers, que l'enregistrement s'interrompt de nouveau pour une ballade à la guitare, plus enlevée cette fois, bribe de mélodie qui s'installe puis une nouvelle fois se coupe net. Après quelques secondes de différentes prises de sons de terrain, une nouvelle guitare s'installe, cette fois-ci en se maintenant plus longtemps, l'homme à la guitare n'étant autre que Ryan Hildebrand (Six Organs of Admittance), en prise directe, et Honea est de nouveau au chant. Un chant qui va calmement en s'évaporant vers une symphonie d'insectes, enregistrement de terrain qui referme le volet de cette histoire improbable, après à peine une vingtaine de minutes de bande.

Shitty Listener's n'a rarement été aussi direct, ignorant des détours, osant prendre le parti du format et de l'enregistrement à côté duquel une oreille un peu trop empressée pourrait passer sans y prêter la moindre attention. Hunt to Die est une intime boîte noire, un objet que l'on fétichise dès la première écoute, tant l'impression de posséder quelque chose de rare est forte.

Retour haut de page

Pochette Disque Hunt to Die

» Tracklisting

  1. Intro
  2. Things I Say in Letters
  3. Walk On With Her
  4. Heart of Horn

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.