Vic Chesnutt

North Star Deserter

( Constellation / Southern ) - 2007

» Chronique

le 12.09.2007 à 06:00 · par Thibaut G.

Vic Chesnutt a toujours plutôt apprécié la compagnie. Kurt Wagner et sa troupe de Lambchop firent office de "backing band" sur le remarquable The Salesman and Bernadette ; Kelly et Nikki Keneipp composèrent, quant à eux, la musique du plus anecdotique Merriment, tandis que Bill Frisell, Van Dyke Parks, Don Heffington et Liz Durrett, enfin, intervinrent sur Ghetto Bells. Le choix de Chesnutt se portera cette fois-ci sur le fameux studio Hotel2Tango de Montréal, habituellement fréquenté par les musiciens de haut vol du label Constellation. Comme pour ne pas rompre de manière trop brutale avec les bonnes habitudes, il y enregistrera le sublime North Star Deserter épaulé par une bonne poignée d'entre eux, dont les sept membres de Thee Silver Mt. Zion Memorial Orchestra & Tra-La-La Band, Chad Jones et Nadia Moss de Frankie Sparo, Eric Craven et Geneviève Heistek de Hangedup et Bruce Cawdron de Godspeed You! Black Emperor.

Malgré la présence de tout ce beau petit monde, North Star Deserter ne virera pourtant absolument pas à l'expérimentation, le barde d'Athens ayant apparemment bien pris le soin de briefer la gentille troupe avant de passer en studio. De facto, celle-ci réagira au diapason de l'inspiration du maître des lieux, en se la jouant tantôt discrète et délicate pour magnifier les titres les plus confidentiels et écorchés vifs (la timide contrebasse de Warm, le doux violon de Fodder On Her Wings, le bouleversant doublet de guitares du magnifique Rustic City Fathers ou les planantes saturations de Marathon), tantôt plus percutante, voire franchement menaçante pour mettre en relief une douleur pourtant habituellement pudiquement contenue (les choeurs parfaits et habités de Glossolalia et de l'imparable You Are Never Alone, et les véritables explosions de Everything I Say et de Debriefing).

Il en découle que si l'approche musicale est bel et bien nouvelle, l'auditeur restera malgré tout en terrain connu. En attestent les nombreux rapprochements auxquels celui-ci pourra procéder. Ainsi, la guitare sèche si caractéristique de Warm et de Fodder On Her Wings (composé par Nina Simone) pourra rappeler l'époque West of Rome. De manière encore plus flagrante, le trémolo de la guitare électrique de You Are Never Alone (véritable petit chef-d'oeuvre à lui tout seul) évoquera l'instrumentation de The Salesman and Bernadette, alors que les notes de synthétiseur de Wallace Stevens renverront à coup sûr à Little, premier opus de Vic Chesnutt qui ne fait donc qu'ajouter, avec North Star Deserter, une nouvelle pièce maîtresse à sa discographie cohérente et quasi parfaite.

Retour haut de page

Pochette Disque North Star Deserter

» Tracklisting

  1. Warm
  2. Glossolalia
  3. Everything I Say
  4. Wallace Stevens
  5. You Are Never Alone
  6. Fodder On Her Wings
  7. Splendid
  8. Rustic City Fathers
  9. Over
  10. Debriefing
  11. Marathon
  12. Rattle

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.