Dump

A grown ass man

( Shrimper ) - 2003

» Chronique

le 18.08.2004 à 12:00 · par Eric F.

Ca ne fait pas de doutes, James McNew est un homme de paradoxes : bien que cet album de son projet solo Dump évoque un homme bien mûr, la pochette est habitée par un adorable businessrabit (dessiné par Archer Prewitt). Et si l’on connaît surtout McNew pour être le bassiste du trio mythique d'Hoboken Yo La Tengo, Dump reste bien obscur. Et quel dommage ! Rappelez vous du sommet de I Can Hear The Heart Beating As One (certes un parmi tant d'autres) qu'est Stockholm Syndrome. Et bien ce titre est de McNew. Et les treize autres de ce disque sont du même tonneau. Sûrement frustré de ne pas voir ses qualités plus requises par la maison mère, McNew met donc toutes ses forces créatrices dans Dump. Le débonnaire bassiste joue ici le rôle d'un juke-box humain qui crache à vitesse grand V une discothèque idéale : ça commence par une intro amusante et entêtante pour poursuivre sur de l'electronica de Droopy avant qu'I Wish / You Wish ne nous refasse le coup du syndrome de la capitale suédoise. On a aussi droit a du rock tendu mais aussi débridé comme sur le jovial et volontaire The History Of Love. Et vas-y que je te repose quelques instants avec des petites chansons calmes, que je te rafistole le Just Like Honey des Jesus & Mary Chain avec trois clous et un marteau sur I'm On Your Side et McNew nous amène à une nouvelle pièce maîtresse qu'est Daily Affirmation, qui commence comme un morceau post rock avec ses notes répétitives avant d'aller montrer au compère Ira Kaplan qu'il n'a pas le monopole des distorsions imparables. C'est alors que McNew enchaîne quelques reprises plaisantes (ne pas louper l'immense Mr. Too Damn Good où l'on jurerait que l'on va entendre susurrer "I'm gonna make love to you woman" tant la wah wah est lascive) intercalées d'un Oh Patty que Bob Pollard (Guided By Voices) passera sa vie à essayer d'égaler. Et surprise, on arrive déjà au terme de ce disque aux allures de grand bazar enthousiasmant. Et quelle meilleure conclusion que le Cowboy Song de Thin Lizzie (!!!) : McNew démarre en solitaire tombeur avant de se lancer dans un numéro rock fort convaincant. Impressionnant dans sa maîtrise des instruments (il joue tout seul) McNew explique aux retardataires que Dump mérite beaucoup plus qu'un simple capital sympathie.

Retour haut de page

A grown ass man

» Tracklisting

  1. Dump on Both Sides
  2. Sisters
  3. I Wish/You Wish
  4. The History of Love
  5. Basic Cable
  6. Peggy's Blues
  7. I'm on Your Side
  8. Daily Affirmation
  9. Mr. Too Damn Good
  10. Oh Patty
  11. Once Upon a Time
  12. Silver Lining
  13. Cowboy Song

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.