Steven R. Smith

Kohl

( Jewelled Antler ) - 2002

Réédité en 2005 chez Emperor Jones.

» Chronique

le 04.07.2007 à 06:00 · par Benjamin A.

Sorti dans un premier temps sur CD-R sur le label Jewelled Antler en 2002, Kohl a fait l'objet d'une réédition LP bien méritée chez Emperor Jones en 2005, accompagnée d'un nouveau chapter book réalisé en gravure sur bois par Steven R. Smith lui-même.

Alors que les formations comme Thuja, Mirza ou The Blithe Sons nous avaient habitués à des improvisations devenues une des marques de fabrique du Jewelled Antler, univers folk mêlant aux sons naturels et concrets des thèmes musicaux des cultures d'Europe de l'Est, Kohl est un disque à l'orchestration épurée au maximum. Steven R. Smith est pour une fois totalement seul à la guitare, en prise directe, sur les huit titres qui composent Kohl. Même si les talents de guitariste de Steven R. Smith n'étaient plus à prouver, il est manifeste que cette fois-ci, on se retrouve admiratif devant une richesse de jeu qu'on ne retrouve que chez quelques rares virtuoses de la guitare, comme Loren Mazzacane Connors ou Ben Chasny.

Kohl se déploie dans un enchaînement mené avec force, de titres courts, de ballades instrumentales, à la croisée de celles des maîtres Kurdes du Dombra (Ten Pegging) et du blues éthéré de L. M. Connors (Kohl, Kilim and Dirt). Alors que les très beaux Crown of Marches (2005) ou The Anchorite (2006) étaient plongés dans une lourde brume saturée, l'horizon de Kohl s'est subitement dégagé, pour laisser place au son d'une guitare unique et de ses émanations fragiles. Le disque est traversé par une lumière sombre et contrastée, parure qui harmonise en fait la discographie entière du musicien et qu'on retrouve dans les atmosphères d'Hala Strana ou dans les opus solos Antimony (2004) ou Death of Last Year's Man, de 2001 (lui aussi en réédition chez Emperor Jones). Steven R. Smith joue sur Kohl dans un registre riche allant de cordes claires et lointaines, sortes d'arpèges au point mort, jusqu'à des rythmes martelés avec une énergie cathartique, dont les racines pourraient être curieusement plus industrielles que folks.

Il émane de Kohl une classe sobriété, dont la richesse ne cesse d'être étonnante au fil des écoutes. L'album apparaît comme le disque d'un guitariste-coloriste, jouant un folk dont la sombre grandiloquence et l'absence totale de légèreté rappellent souvent la démarche dure comme la pierre de Michaël Gira, deux artistes qui pourraient bien avoir, quelque part dans leur tête, retenu la leçon monumentale du Titien.

Retour haut de page

Pochette Disque Kohl

» Tracklisting

  1. Kilim and Dirt
  2. Kohl
  3. Tent-Pegging
  4. Marjan
  5. White Saxaul Tree
  6. Isfand
  7. Odwalla
  8. Eulnek

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.