Artistes Divers

Need for a Crossing : A New New Zealand Vol. I

( Table of the elements ) - 2007

» Chronique

le 25.05.2007 à 06:00 · par Benjamin A.

La sortie avait été annoncée le mois dernier dans Millefeuille, c'est désormais chose faite : Table of the elements consacre une compilation entière à le scène improvisée néo-zélandaise, décidément d'actualité. A New New Zealand est un recueil de tous ces bricoleurs fantastiques, qui ont étendu les barrières du lo-fi si loin et si bien, qu'il serait indécent de se référer encore à cette catégorie pour apprécier leur musique. Le simple fait d'apparaître sur une compilation de chez Table of the Elements est aussi révélateur de la reconnaissance méritée de tous ces musiciens, qui même s'ils semblent surgir de nulle part, sont effectivement actifs depuis une dizaine d'années pour la plupart. Difficile d'imaginer une compilation de musiciens pouvant être aux premiers abords difficiles, et dont le temps d'un disque entier est souvent le minimum pour se plonger dans leur univers respectif. C'est pourtant le pari que relève le label, de manière simple et claire, en réussissant à rendre compte de cette scène complexe avec des morceaux ne dépassant jamais les sept minutes.

Lorsqu'on songe à la scène actuelle néo-zélandaise, deux noms surgissent rapidement à l'esprit : Campbell Kneale, tête pensante du label Celebrate Psy Phenomenon et Anthony Milton, l'homme du label Pseudo Arcana. C'est donc tout naturellement que démarre cette compilation, sur un titre effréné de Birchville Cat Motel. Dans un esprit qui surprendra peu les convertis, Skies Crimson Tears est une progression linéaire martelée par des rythmes martiaux et des riffs de guitare metal, s'évaporant vers un drone ne pouvant être que dense et puissant. Anthony Milton, lui, signe le neuvième titre, Drawn Out Fighting, dans un esprit proche de sa formation The Nether Dawn, morceau dense et saturé, où semble se mêler field recordings brouillés et guitare, enregistrement à mettre au rang de ses expérimentations noise et acides. Chacun homme-orchestre à leur manière, le multiple guitariste Greg Malcolm et Stephan Neville sont présents, à eux-deux, sur environ la moitié de cette compilation, Neville apparaissant avec deux titres solos sous Pumice, et un titre sous Blowfly Saints (duo avec Leighton Craig), dans lequel on le retrouve à la guitare. Greg Malcolm signe deux très beaux morceaux, Unknown Rembetika, et Naima, deux titres à la mélodie subtile, étrange et cotonneuse, au charme bricolé mais toujours empreint de cette habileté qui lui est si particulière. Peter Wright ne pouvait qu'être présent, lui aussi, sur cette compilation, (bien qu'expatrié à Londres depuis quelques années), tout comme Leighton Craig au Casiotone et enfin Gfrenzy, qui apparaît de manière furtive et détonnante au milieu du disque, avec un mélange hasardeux de rythmes trip-hop bancals et de guitares brouillées.

Comme on pouvait s'y attendre, A New New Zealand ne surprendra pas beaucoup ceux qui s'intéressent déjà de près à cette scène musicale : les titres choisis se veulent représentatifs plus qu'exclusifs, pas de grandes découvertes à la clef mais par contre le grand plaisir de se retrouver face à un paysage de musiciens passionnants réunis sur un même disque, et bien souvent amis dans la vie. L'enjeu du label n'était pas de produire une rareté, puisque de toute façon, comment rivaliser en rareté avec des musiciens se produisant la plupart du temps sur CD-R à des tirages parfois ultra-confidentiels ? D'où le parti pris de faire un disque propre, assez conventionnel, mais qui a le mérite de mettre véritablement en valeur tous ces musiciens pour un public plus large, sans pour autant formater ou adoucir leur musique.

Et puis, Table of the elements n'a jamais été en reste pour produire de beaux disques. A New New Zealand est une invitation au voyage : le graphisme est très soigné, le disque est accompagné d'un recueil de photographies d'archive du ministère des transports néo-zélandais, photographies donnant à la Nouvelle-Zélande un passé très route 66, parsemée de maisons en bois, de routes infinies et de paysages à ras de terre.

Certes, il peut paraître curieux de voir une compilation entière consacrée à un pays, plutôt qu'à un artiste ou à un genre musical. Mais plus que l'engouement actuel pour les folklores, cette compilation révèle une poignée de musiciens qui, bien que venant du même pays, réussissent à conserver des identités très diverses. Mais c'est surtout une compilation tentant enfin de percer le mystère de cette île unique dont le paysage semble être, pour les artistes, un élixir digne d'une potion magique.

Retour haut de page

Pochette Disque Need for a Crossing : A New New Zealand Vol. I

» Tracklisting

  1. Skies Crimson Tears (Birchville Cat Motel)
  2. Coast Road (Blowfly Saint)
  3. Unknown Rembetika (Greg Malcolm)
  4. Bold/Old (Pumice)
  5. Stars (Pumice)
  6. Mouth of Blood Vengeance (Gfrenzy)
  7. Naima (Greg Malcolm)
  8. Hymn for Agnes Martin (Greg Malcolm)
  9. Drawn Out Fighting (Anthony Milton)
  10. Another Gate (Peter Wright)

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.